L’OMEM, du statut d’association à celui de fondation

L’Oeuvre Montpelliéraine des Enfants à la Mer développe de grands projets et va se transformer en Fondation Saint-Pierre à l’été 2017.

Article du Midi-Libre du 18 mai 2016 :

« L’OMEM, du statut d’association à celui de fondation. L’œuvre Montpelliéraine des Enfants à la mer pourra ainsi développer ses deux axes majeurs : le bénévolat et le mécénat. Créée en 1918 par des médecins de Montpellier au sortir de la Grande Guerre et face à l’épidémie de tuberculose, l’OMEM (Œuvre Montpelliéraine des Enfants à la Mer) qui gère entre autres l’Institut Saint-Pierre, est à la veille de fêter son centenaire. Depuis le 1er janvier, ses missions se sont également élargies. Rencontre avec son président Hervé Du­rand, nommé en 1995, et le directeur général Patrick Beeusaert, en poste depuis 2013. Qu’est-ce qui a changé pour l’OMEM ces derniers mois ? Hervé Durand : Au départ, l’OMEM et l’Institut Saint-Pierre ne faisaient qu’un. Depuis le 1er juillet 2015, il y a eu une scission. L’OMEM préside désormais l’association Institut Saint-Pierre, qui a elle-même plusieurs comptes administratifs dépendant de l’ARS (agence régionale de santé). Pourquoi cette restructuration ? Patrick Beeusaert : Pour passer du statut d’association à celui de fondation reconnue d’autorité publique ; ce qui devrait être effectif en juillet 2017. Cela permettra de développer de manière considérable les deux volets que sont le bénévolat et le mécénat. Tout en laissant l’Institut Saint-Pierre poursuivre son action au profit des enfants et des adolescents en souffrance. Quel autre changement est intervenu depuis le 1er janvier ? H.D. : A cette date, l’OMEM a repris un Itep (institut thérapeutique, éducatif et pédagogique) à Trèbes et un Sessad (service d’éducation spéciale et de soins à domicile) à Carcassonne. Par ce biais, l’association a fait son entrée dans le médico-social, un domaine dans lequel elle n’intervenait pas encore. Du nouveau dans le domaine de l’autisme également ... P. B. : En effet. Depuis près d’un an, l’OMEM gère Améthyste. Cette association palavasienne a été créée il y a douze ans par la maman d’un jeune autiste. Reconnue par l’Éducation nationale mais hors contrat, les parents payent la totalité des frais. Il y a trois ans, Améthyste a pourtant été en grande difficulté financière et a fait appel à nous. H.D. : Nous l’avons d’abord aidée financièrement pour finalement l’intégrer à part entière dans l’association concernant sa gestion. Au ler septembre 2016, trois classes d’Améthyste seront ainsi intégrées dans un bâtiment de l’Institut Saint-Pierre. Quelle place au niveau de la nouvelle région ? P. B. Nous allons continuer à travailler sur les pôles d’excellence comme la cardiologie, le diabète et l’obésité chez l’enfant et l’adolescent. Mais aussi les troubles d’apprentissage dits "dys" (dysphasie, dyslexie ..., NDLR) pour lesquels notre unité d’enseignement associé a reçu le prix Réussite à Paris, en février dernier. Le développement d’appareillage de type prothèse et orthèse dans lequel l’institut Saint-Pierre est à la pointe fera aussi partie des pôles d’excellence primordiaux. Quels sont les projets à courts et moyens termes ? H.D. : Créer la fondation, qui prendra le nom de Fondation Saint-Pierre. Elle sera la seule structure abritante, au niveau de la nouvelle région, à être reconnue d’utilité publique. Et bien sûr, en 2018, célébrer le centenaire de l’OMEM, avec la perspective d’un rendez-vous chaque mois tout au long de l’année. »

Page d'accueil du site Contacter l'OMEM Documents à télécharger activités de l'OMEMAccueil et actualités Chiffres clés de l'OMEM Faire un don à l'OMEM